Les communiqués

TRUCK RACING : LE TEAM MKR TECHNOLOGY-RENAULT TRUCKS CONTINUE DE JOUER LES PREMIERS RÔLES DANS LE CHAMPIONNAT EUROPÉEN

Dans une chaleur étouffante, les Premium Course du team MKR-Technology ont été soumis à rude épreuve lors du 2e Grand Prix du championnat européen de Truck Racing à Albacete, en Espagne. Si les camions étaient au rendez-vous en termes de chrono et de vitesse pure, la malchance et des petits ennuis techniques aux grandes conséquences ne leur ont pas permis de recueillir des résultats à la hauteur des espérances. Néanmoins, le team continue à jouer les premiers rôles puisqu’il est second au championnat « constructeur » à un point seulement du leader. Côté pilotes,  Markus Bösiger reste dans le top 3 du classement « pilotes » et Markus Östreich 6e. Tout au long du week-end, le travail dans l’ombre des mécaniciens a été exemplaire pour préparer et réparer les camions.

Dans la fournaise du circuit d’Albacete, situé au sud est de Madrid, les camions du team MKR Technology-Renault Trucks ont été soumis à rude épreuve et joué de malchance le dimanche mais ont pu confirmer leur beau début de saison. Les chronos réalisés lors de chaque session d’essais et les deux podiums réussis lors du week-end prouvent qu’il faudra compter sur le team toute la saison.

Lors des deux courses du samedi, Markus Bösiger, montait deux fois sur le podium tandis que Markus Östreich, victime d’une panne de compresseur d’air réussissait néanmoins à amener son camion à une très méritoire 10e place avant de remonter en 6e position lors de la seconde course. Le dimanche, la chance semblait avoir tourné le dos au team…Dans la troisième course, alors qu’il se battait pour la seconde place, Markus Östreich a été violemment tamponné par un retardataire à cinq tours de la fin. Markus Bösiger lui, après un mauvais départ, a remonté 8 places pour finir à une belle 4e place ! Lors de la dernière course, alors que les choses se présentaient plutôt bien, des pépins mécaniques ont contraint Markus Bösiger, alors 2e, à abandonner et Markus Östreich à se contenter de la 6e place. Au final, beaucoup d’efforts et de mérite qui ne se traduisent pas en termes de points.

Au championnat « constructeur », MKR Technology-Renault Trucks ne cède sa place de leader que pour un seul point. Les pilotes Markus Bösiger et Markus Östreich étant pour leur part respectivement 3e et 6e au classement « pilotes ». La prochaine course aura lieu en France, à Nogaro le 20 juin prochain.

Focus : Les mécanos : les « pro » chevaliers de l’ombre  
Ils sont sept (hors ingénieurs) à être aux petits soins des camions durant tout le week-end dans le paddock : trois par camion plus un superviseur. Réglages, réparations, changements d’organes mécaniques, ils doivent être capables de tout faire. Pour ce Grand Prix à Albacete, ils ont notamment travaillé sur le refroidissement du moteur pour éviter tout risque de surchauffe et donc de casse. Aiguillés par les ingénieurs, les mécaniciens ont donc eu pour tâche d’augmenter les arrivées d’air sur le radiateur et d’optimiser l’injection d’eau sur le faisceau pour le « rafraichir ».
À l’instar de la compétition automobile, ils sont soumis à des énormes contraintes de temps : le camion doit être prêt en temps et en heure quoi qu’il arrive lors des quatre courses du week-end. En cas de souci technique, de « contact rapproché » avec un autre camion lors d’une course ou d’une sortie de piste ils doivent remettre en état le camion avant la prochaine course. C’est pourquoi il n’est pas rare que les « mécanos », comme on les appelle, travaillent toute la nuit pour tenir les délais ! Mais, grosse différence avec leurs collègues de « l’auto » : les pièces de leurs camions sont souvent 10 fois plus lourdes que celles qu’on trouve sur les voitures ! Quand un moteur de voiture pèse une centaine de kilos, celui d’un camion dépasse la tonne ! Concrètement, lorsque les mécanos du Team MKR Technology-Renault Trucks  changent un embrayage de camion, ils doivent déplacer la boîte de vitesses de 600 kg (contre 40 pour une de voiture !), ce qui ne les empêche pas de réaliser l’opération en 25 minutes ! Pour les disques et plaquettes de frein, avec montage et remontage des roues, comptez 40 minutes. De quoi rendre jaloux n’importe quel chef d’atelier !
C’est notamment pour faciliter et rendre leurs interventions encore plus rapides et plus efficaces que les mécaniciens ont reçu une formation spécifique sur le moteur Dxi13 Racing qu’ils découvraient. Renault Trucks les a formés à Lyon, au montage, démontage et réglage de ce nouveau moteur.

>>Lire, télécharger le dossier de presse complet de l'engagement de Renault Trucks en Truck Racing ainsi que les photos haute définition

 

Télécharger les photos (4)