Les communiqués

Chez Renault Trucks, le développement durable, c'est tous les jours

Peut-on être un constructeur de camions et être engagé dans une démarche de développement durable ? « Oui, 100 fois oui » répond Renault Trucks ! Et le constructeur le prouve à plusieurs titres. Au niveau environnemental tout d’abord : en améliorant de façon constante l’efficacité énergétique de ses sites, tous certifiés ISO 14001, en proposant des véhicules Diesel toujours moins consommateurs de gazole et des véhicules hybrides, GNV ou électriques, sous le label Clean Tech. Au niveau sociétal ensuite avec l’ambition de mettre « le bon camion, au bon endroit avec la bonne énergie ». Au niveau social également, en améliorant le bien-être de ses salariés à travers une politique volontariste qui va bien au-delà des contraintes règlementaires. Au niveau économique enfin, en investissant massivement dans ses usines en France.


Le développement durable, un enjeu environnemental

La politique de développement durable de Renault Trucks s’articule tout d’abord autour de l’environnement. Et sur le sujet, il y a ceux qui disent et ceux qui font. Le constructeur a choisi d’être dans la seconde catégorie.
Entamée dès 2001, la certification ISO 14 001, renouvelée par audit tous les trois ans, est désormais la norme pour tous les sites de production de Renault Trucks en France : Bourg-en-Bresse, Blainville-sur-Orne, Limoges et Lyon. Cette norme internationale impose la mise en place d’un système de management environnemental (SME) ainsi qu’une politique et des objectifs formalisés. Renault Trucks impose également une exigence environnementale dans ses 1 500 points de ventes et services répartis sur plus de 100 pays.

Afin de limiter l’impact de son activité sur la société, Renault Trucks a baissé sa consommation énergétique par véhicule produit de 50 % et réduit ses rejets de CO2 de 35 % entre 2003 et 2008. Pour parvenir à ces résultats, qui ne sont qu’une étape, le constructeur a mis en place une politique ambitieuse de rénovation de ses sites et améliore l’efficacité énergétique des bâtiments par de meilleures isolations, l’utilisation de nouvelles technologies telles que les panneaux photovoltaïques à Saint Priest et Bourg-en-Bresse, des pompes à chaleur, de nouvelles chaudières plus performantes ou encore par la mise en place d’un chauffe-eau solaire au restaurant de Vénissieux par exemple.

Renault Trucks a également signé en 2010 un contrat avec GDF-Suez portant sur la fourniture d’électricité pour ses sites. Avec ce contrat, 100 % de l’électricité fournie pour l’usine de Bourg-en-Bresse est d’origine renouvelable, 25 % pour les autres sites du constructeur en France. En effet, cette énergie est issue de la production des barrages hydro-électriques de La Compagnie Nationale du Rhône.

En ce qui concerne les camions eux-mêmes, non seulement les normes « Euro » ont, depuis 20 ans, réduit les émissions polluantes de manière drastique mais en 40 ans, la consommation des camions a été divisée par deux. À l’heure actuelle, Renault Trucks est le constructeur qui propose le véhicule le plus sobre du marché (Renault Premium Route). Le constructeur propose également, avec ses solutions Optifuel, un ensemble d’outils simples à mettre en place qui permettent des gains de consommation réels et limitent d’autant le CO2 rejeté dans l’atmosphère.
Parallèlement, le constructeur a développé une large offre de véhicules à énergie alternative sous le label Clean Tech. Elle regroupe les camions roulant au GNV, gaz naturel pour véhicules (Renault Premium Distribution), les camions 100 % électriques (Renault Maxity), ainsi que les camions hybrides (Renault Premium Distribution Hybrys Tech).

Le développement durable, un enjeu sociétal et social
Les efforts de Renault Trucks pour réduire l’impact environnemental de ses camions ne sont qu’une partie de sa politique de développement durable. Celle-ci implique aussi une réflexion globale sur son activité.
Pour réduire les nuisances du transport routier de marchandises, Renault Trucks préconise de placer le bon camion, avec la bonne énergie, au bon endroit. Le meilleur outil pour les grandes distances reste un camion Diesel de gros tonnage (un gros camion pollue moins que 12 petits) dont la consommation est la plus faible possible. Les distances plus faibles, entre les entrepôts et centres-villes par exemple, peuvent se faire avec des véhicules hybrides de moyen tonnage (commercialisés en 2011) ou au GNV (déjà disponibles). Enfin, pour la livraison dans les centres-villes, de petits camions 100 % électriques comme le Maxity électrique (commercialisation prochaine) sont parfaitement adaptés pour faire les tous derniers kilomètres.

De plus, Renault Trucks développe des camions communicants qui peuvent recevoir et délivrer de l’information pour circuler plus efficacement  (priorité aux croisements par exemple ou ondes vertes) et donc limiter les nuisances. Des nuisances réelles, qu’il convient cependant, de rapprocher de la liste infinie des services rendus par le camion : sauver des vies, acheminer au plus près de la nourriture, des médicaments, apporter des outils, de la culture, collecter nos ordures ou nettoyer nos villes… n’oublions pas que le transport de marchandises est essentiel à la bonne marche de nos sociétés.

Le développement durable, pour une entreprise, implique également, de prendre en compte le bien-être de ceux qui en sont les premiers acteurs : les salariés. Sur ce point, Renault Trucks s’attache à mettre en œuvre une politique sociale juste et motivante qui va bien au-delà des contraintes règlementaires. L’entreprise a par exemple mis en place des procédures d’intéressement aux résultats pour les salariés, des parcours de compétences afin de faciliter l'évolution de chacun et a signé divers accords de modernisation du dialogue social. Elle a été également précurseur dans de nombreux domaines.

Dès 2005, son président engageait une politique ambitieuse de santé et de sécurité au travail et signait la charte de la diversité favorisant le pluralisme et la mixité dans le recrutement. En 2007, l’entreprise était l’une des premières à créer un département dédié au bien-être au travail avec notamment la mise en place d’une crèche d’entreprise et d’une conciergerie. En 2008, ce même département a mis en place un observatoire du stress qui s’est suivi d’un vaste plan de sensibilisation et de formation des managers à cette question. En 2010, Renault Trucks signait la charte de la parentalité et s’engageait à favoriser une meilleure conciliation entre vie privée et vie professionnelle.

Pour ce qui concerne la place des femmes, un plan de réduction de l’écart de rémunération entre hommes et femmes a bénéficié à 35 % de l’effectif féminin. Renault Trucks a aussi œuvré pour l’insertion des jeunes sur le marché du travail en accueillant 400 apprentis et alternants et a signé en 2010 son 7e Handi’ Accord pour une période de trois ans en réaffirmant sa volonté d’être une entreprise « handi’accueillante ». Enfin, depuis 2004, le constructeur est membre du Pacte mondial des Nations Unies qui engage les entreprises dans la lutte contre la corruption et le respect des droits de l’Homme, des normes au travail et de l’environnement.

Le développement durable, un enjeu économique
Pour finir, une politique de développement durable n’a de sens que si elle inclut un engagement sur le long terme dans le développement économique. Renault Trucks s’attache ainsi à fournir à ses clients des véhicules toujours plus performants pour participer à la rentabilité de leurs entreprises. Mais dans le même temps, le constructeur doit assurer sa pérennité et son propre développement.

C’est pourquoi, depuis 2009, de nombreux investissements ont été effectués sur ses sites de production en France : 70 millions d’euros en 2009 dans deux nouvelles lignes de productions à Blainville-sur-Orne ; près de 40 millions d’euros en 2009 et 2010 pour l’assemblage de futurs moteurs et un nouveau centre d’emboutissage dans l’usine de Vénissieux ; 10,5 millions d’euro en 2010 pour la création de la première ligne dans le monde du poids-lourd pour l’industrialisation des futurs véhicules aux énergies alternatives à  Bourg-en-Bresse. En parallèle, Renault Trucks consacre chaque année entre  4,5 % et 6 % de son chiffre d’affaire en investissements en recherche et développement.

Conclusion
Ce choix de l’avenir et du développement durable, Renault Trucks le fait pour proposer à ses clients et à la société toute entière, des solutions de transport toujours plus performantes, dans le respect de l’environnement et du bien-être de ses salariés.

Télécharger les photos (11)