Les communiqués

Expédition Cape to Cape en Turquie : l’école de l’humilité

L’aventure Cape to Cape continue, les difficultés croissent. L’étape commerciale d’Istanbul et son terrain rendu boueux par les pluies n’était qu’un avant goût de ce qui allait attendre les conducteurs et conductrices de Cape to Cape. Fidèle à sa feuille de route, la caravane a traversé la Turquie sur un axe nord-ouest, sud-est en passant par l’Anatolie et la Cappadoce. La route et ses pièges exigent un niveau de conduite plus expert.

En franchissant le Bosphore, l’expédition Cape to Cape a mis les roues en Asie. En direction de l’Anatolie, le relief s’est fait de plus en plus vallonné. À la grande surprise d’une partie de l’équipe, la Turquie se révèle être un pays très vert, où chaque parcelle arable est cultivée. Une fois n’est pas coutume, l’accueil réservé à la caravane est extrêmement chaleureux, ce qui se vérifie à la ville comme à la campagne.

Les pilotes Renault Trucks découvrent les pistes turques après Bilecik, un parcours roulant mais sinueux sur un sol sec. Les panoramas s’y révèlent magnifiques. Le lendemain, Cape to Cape traverse les hauts-plateaux d’Anatolie en direction d’Aksaray, un avant goût des paysages de steppe de l’Asie Mineure ou des monts du Caucase avec leurs volcans dominants de vastes plaines semi-arides. A partir d’Aksaray, les paysages se font grandioses avec quelques passages permettant de se familiariser avec les aptitudes tout-terrain des véhicules : gués, pistes étroites et boueuses, déclivités importantes. Sur l’étape entre Aksaray et Nevsehir, la neige est à portée de main. C’est sur cette étape que l’expédition découvre les paysages fantastiques de la Cappadoce. Roches calcaires et volcaniques se sont ainsi succédées tout au long du parcours avec un passage à 1770 mètres d’altitude.

L’avant dernière étape turque, entre Nevsehir et Iskenderun sur les rives de la Méditerranée se révèle de très loin la plus technique. Montées et descentes de cols se succèdent sur un terrain rendu glissant par la fonte des neiges sur les massifs. Les Sherpas y font preuve d’une extrême agilité et vélocité. Bien que n’étant pas des engins tactiques dédiés au franchissement, mais des véhicules de chantier, les  Kerax 6x6 et leurs pilotes réussissent l’épreuve haut la main. Ils doivent toutefois apprendre à gérer le freinage et éviter la surchauffe dans les longues descentes ; les Kerax sont équipés de freins à tambours alors que les Sherpas sont dotés de freins à disques aux quatre roues. Apprentissage encore pour manier à bon escient les blocages de différentiels ou des changements d’étage sur les boîtes à 16 rapports. Les Sherpas, avec leur boîte automatique Allison 6 rapports permettent d’éluder certains de ces écueils. Cape to Cape se révèle être l’école de l’humilité.

En fin de journée, les conducteurs sont mûrs pour maîtriser toutes les subtilités de leurs véhicules. Dans moins de 48 heures, ils vont passer de la boue au sable en quittant la Turquie pour la Syrie. S’ouvre un autre chapitre de l’aventure…

Télécharger les photos (4)