à la une

C OPTITRACK : UN 4X4 SUR DEMANDE

Au volant du nouveau Renault Trucks C Optitrack depuis le mois d’avril, Christian Vinet a déjà pu tester les performances du véhicule dans différentes conditions : sur route, chantier ou terrain glissant… Bilan : un véhicule maniable, polyvalent et robuste !

Six heures du matin. À quelques kilomètres à peine du Vieux-Port de Marseille, Christian Vinet s’apprête à entamer sa journée de travail chez Transports Ferrato, société spécialisée dans la location de camions avec chauffeur pour les travaux publics et routiers. Au programme du jour : aller charger une pelleteuse sur le chantier naval de La Ciotat, destinée à un chantier, puis se rendre à la carrière de Gardanne pour y décharger des gravats à recycler et, enfin, cap sur un chantier routier au nord de la ville. Un emploi du temps qui oblige à atteler et dételer une remorque différente entre deux missions. Et depuis un peu plus d’un mois, Christian Vinet travaille avec Renault Trucks C équipé du système Optitrack en configuration 4x2.

UN VÉHICULE QUI S’ADAPTE À TOUTES LES SITUATIONS

« Je voulais remplacer un 6x4 tracteur par un autre véhicule avec deux essieux pouvant tracter 50 tonnes, explique Robert Ferrato, président de l’entreprise Transports Ferrato. Il fallait qu’il soit à la fois puissant et capable de se sortir de toutes les situations sur terrains difficiles. Je ne me suis pas trompé. » Christian a attelé une semi-remorque porte-char au C Optitrack et s’apprête à partir pour La Ciotat. « Je conduis ce véhicule depuis un mois et j’en suis jusqu’à présent très satisfait car il a des capacités auxquelles je ne m’attendais pas, surtout pour un 4x2 ! » Christian exerce ce métier depuis vingt-trois ans. « J’ai d’abord fait du remorquage poids lourd sur autoroute, puis je suis entré dans le transport travaux publics. Et je suis également mécanicien. » À cette heure matinale, le trafic est encore fluide sur l’autoroute qui surplombe la côte. Pour arriver au chantier naval, il faut obligatoirement traverser la vieille ville, longer le vieux port, franchir quelques ronds-points étroits… La Ciotat n’a pas été conçue pour accueillir ce type de véhicule, mais Christian arrive à destination sans difficulté. La pelleteuse est garée sur un terrain vague, au milieu d’anciens hangars désaffectés, vestiges des heures de gloire de La Ciotat. Aujourd’hui, le chantier a trouvé un nouveau souffle grâce à la construction et à la maintenance de superyachts. En quelques minutes, la pelleteuse est solidement arrimée sur la porte-char et Christian reprend la route. Le trafic se fait plus intense, avec de nombreux ralentissements, arrêts, démarrages en côte. « Je suis impressionné par la tenue de route de Renault Trucks C. Les passages de vitesse se font sans à-coups, grâce à la boîte de vitesses robotisée qui est très bien étalonnée. Il suffit de régler le régulateur de vitesse en mode cruise, et le véhicule ralentit tout seul. J’utilise très peu la pédale de frein. » Une facilité de conduite qui a un impact positif sur la consommation. « Par rapport à l’ancien Renault Premium et à trajet égal, on peut compter facilement 160 à 180 litres  de différence. On ne dépasse jamais la zone verte quand on conduit en automatique. »

LA POLYVALENCE TOUT TERRAIN

De retour au siège des Transports Ferrato, changement de semi-remorque. Christian attelle une semi-benne chargée par une pelleteuse de gravats destinés à la carrière de Gardanne, à environ 40 kilomètres de Marseille. Les conditions sur place risquent d’être compliquées : il a beaucoup plu ces derniers temps et le terrain de la carrière, tout en pentes, sera sans doute boueux et glissant. Cette carrière de calcaire recycle aujourd’hui les déchets inertes issus du bâtiment et des chantiers de terrassement pour en faire des matériaux de construction. Arrivé sur place, Christian conduit le camion à la bascule. Poids total : 27 tonnes. Il roule ensuite vers le lieu de déchargement dans un dédale de pistes glissantes avec de forts dénivelés. « En franchissement, dès qu’il y a une difficulté et qu’on sent que l’arrière commence à patiner, il ne faut pas hésiter à passer en mode Optitrack pour activer les deux roues motrices à l’avant. » Et là où généralement un 6x4 glisse et peine à avancer, C Optitrack franchit les obstacles. « Un simple bouton sur le tableau de bord suffit à activer le système Optitrack. Et après, je peux l’oublier, car dès que le véhicule atteint les 25 kilomètres/heure, il se désactive automatiquement. » Christian a ainsi l’esprit tranquille pour se concentrer sur la conduite, négocier les virages et les pentes à la bonne vitesse. Pour décharger sa cargaison, il doit monter sur une rampe aménagée sur le tas de gravats. C Optitrack réussit aisément à reculer jusqu’au sommet de la piste. « Je me suis déjà embourbé avec des camions, sans réussir à les décoller parce que les pare-chocs étaient posés ; C Optitrack a une garde au sol beaucoup plus haute avec un angle du pare-chocs qui lui permet de passer partout, même sur un terrain “horrible” ! »

DES GAINS DE PRODUCTIVITÉ VISIBLES

La maniabilité de C Optitrack a également été testée lors de la mise en place d’une remorque sur une centrale d’enrobage. Une manœuvre longue et délicate pour laquelle il faut compter au minimum trois quarts d’heure. « Ces remorques sont extrêmement lourdes et longues, jusqu’à 35 mètres. Il faut savoir que ce type de mise en place se travaille au centimètre près, marche avant, marche arrière… et au bout de trois quarts d’heure, en général, l’embrayage est en feu. » Là encore, Christian ne cache pas son étonnement face aux performances de C Optitrack. « Il est d’une maniabilité incroyable, j’ai été bluffé par la souplesse de démarrage en quatre roues motrices. Il a réussi à décoller une remorque qui avait été arrêtée très longtemps et qui avait des petits soucis de freins ! Le système Optitrack aide le pont arrière à décoller mais en souplesse, l’embrayage ne patine pas. » L’œil du mécanicien analyse finement et sans concession les performances de son véhicule. Car le client est sur place, il peut apprécier la prestation du véhicule qu’il a loué et décider de renouveler sa confiance… ou pas ! « Sur les chantiers, il a acquis une très bonne réputation, à tel point qu’on me le réserve déjà pour l’année prochaine. »

QUAND CONFORT RIME AVEC SÉCURITÉ ET ROBUSTESSE

« Je passe environ six à sept heures par jour dans ce camion, sans compter les chargements, déchargements, changements de semi-remorques, souligne Christian. Dans la cabine de Renault Trucks C, le silence est total grâce au double vitrage. Tout est bien conçu, j’ai toutes les commandes sous la main, le système Bluetooth® a été considérablement amélioré, on n’a pas d’écho. L’ordinateur est intuitif, les coffres de rangement spacieux, la couchette confortable… Bref, tous les matins, je viens travailler avec plaisir, je suis beaucoup plus calme, je me fatigue moins. On peut régler nos alertes pour les coupures sur le tachygraphe dix, quinze, vingt minutes avant l’obligation de s’arrêter, ce qui nous permet d’avoir le temps de trouver un emplacement pour se garer. » Un confort à toute épreuve et quel que soit le terrain. « J’ai été étonné par le confort de la cabine qui est sur amortisseurs contrairement à celle de mon ancien Renault Premium qui était sur coussins d’air. Même sur terrain rocailleux ou boueux, la cabine reste stable et souple. » Pare-chocs en acier, garde au sol élevée, sellette renforcée… Des éléments qui apportent sécurité et fiabilité au véhicule. Pour Robert Ferrato, C Optitrack fait, pour l’instant, un sans-faute. « Je voulais un tracteur 4x4 maniable, performant, et économique, non seulement en carburant mais également en termes d’usure – pneus, freins, embrayage, etc. Le véhicule est certes encore récent, mais pour l’heure nous en sommes satisfaits, et nos clients en redemandent ! »

Télécharger les photos (21)